Mucura : une île de Colombie plus si paradisiaque

Ile de Mucura

Déjà 10 mois que notre voyage a commencé et quitte à en faire rire certains, nous commençions à avoir besoin de vacances. Et oui, ce n’est pas tout, mais bouger constamment et profiter au maximum de chaque endroit, ça fatigue! Après quelques recherches sur le net, nous tombons sur ce qui nous semble être la perle rare : l’île paradisiaque de Mucura.

Située dans les caraïbes, à tout juste 1 heure de bateau de la côte, Mucura est une île aux paysages splendides, inconnue des touristes et plutôt bon marché d’après les blogs. En bref, le lieu idéal pour se ressourcer quand on est backpacker avide de calme et à petit budget.

Que faire à Mucura ?

A Mucura, la farniente est reine. C’est peut être l’endroit de notre tour du monde où nous étions heureux d’avoir de quoi lire (pas d’internet, pas de possibilité de travailler sur le blog). Ne comptez pas passer des heures à balader, l’île est petite et le tour se fait en moins d’une heure. Cependant le village est joli à visiter.

La paroisse du village
La paroisse du village
Les sentiers aussi sont charmands
Les sentiers aussi sont charmands

En activité gratuite, la baignade est une bonne alternative car l’eau est chaude et translucide. Vous pourrez éventuellement louer palmes, masque et tuba mais il n’y a pas grand chose à proximité des plages.

Petite plage de sable fin
Petite plage de sable fin

Avec les pêcheurs, vous pourrez organiser des sorties pêche, plongée sur une île voisine pour voir des coraux et son écosystème ou sortie nocturne pour nager au milieu des planctons bioluminescents. Pour chacune de ces activités, les pêcheurs nous demandaient 20 000 pesos par personne.

Où loger à Mucura ?

Après une rapide recherche sur booking, nous nous rendons compte que Mucura n’est pas si bon marché que cela. Pas d’hôtel à moins de 100€ la nuit, autant dire inimaginable

Nous avions lu sur plusieurs blogs que le bon plan consistait à chercher une fois sur l’île la guesthouse Wilbert. La promesse : un bungalow traditionnel privé en bord de mer pour seulement 60 000 pesos par chambre. C’est plus cher que sur le continent mais soit, nous sommes sur une île ça se comprend. Les repas proposés, poissons grillés et accompagnements valaient 15 000 pesos. Donc en tout nous pouvions nous en tirer nourri logé sur une île de rêve pour moins de 20€ par personne et par jour. Parfait!

Tortues et coquillages en décoration
Tortues et coquillages (sensément protégés) en décoration

Seulement voilà, en arrivant sur l’île, nous apprenons que Wilbert a vendu son affaire ! Le drame. Mais la nouvelle propriétaire nous assure qu’elle reste le logement le moins cher de l’île. Elle demande 50 000 pesos PAR PERSONNE pour dormir dans un dortoir. Le repas est passé à 20 000 pesos. Lorsque nous lui parlons des prix pratiqués tout juste 4 mois plus tôt, elle hausse les épaules et nous dit que nous pouvons toujours dormir chez les pêcheurs. En bref, tu ne veux pas payer les 30% d’augmentation, ça ne me regarde pas. Après 20 minutes de négociation, nous obtiendrons un forfait à 75 000 par personne pour la chambre, déjeuner et dîner. Nous avons beau être en saison basse, faire baisser les prix relève de la croix et la bannière.

Notre bungalow sur l'île de Mucura
Notre bungalow sur l’île de Mucura

Cela étant dit, le bungalow est très agréable et puisque c’est la saison basse nous n’aurons pas à le partager. Les repas sont bons, l’endroit calme, mais mieux vaut ne pas compter sur le service. J’ai commandé une noix de coco (« allez à votre chambre, je vous l’amène »), je l’attends toujours. Si l’envie vous prend de vouloir vous prélasser dans un des nombreux hamacs, il faut payer un supplément (sauf pour le personnel de la guesthouse qui y passe ses journées).

Une bien belle vue pour siroter une coco fraîche (quand elle arrive...)
Une bien belle vue pour siroter une coco fraîche (quand elle arrive…)

Au final, nous aurons tout de même passé un bon séjour de 3 nuits sur l’île. Mais l’attitude des habitants nous a quelque peu refroidi. En voyage, nous avons toujours essayé de nous intégrer dans les pays que nous avons traversés et non pas d’être juste des intrus. Là, nous avions l’impression de n’être bon qu’à sortir le porte monnaie, ce qui ne nous a pas séduit. De plus nous avions lu de magnifiques articles sur cette île et surement que nos attentes étaient un peu trop élevées. En bref, si vous cherchez un bel endroit, au calme et sans contact particulier avec la population, c’est parfait. Pour plus d’échange, nous sommes plus dubitatif, mais peut être y étions nous juste à la mauvaise période.


Nos coups de coeur

  • La beauté de l’île. Elle est petite mais l’eau est limpide, chaude et les quelques plages de sable fin sont splendides.
  • Les repas.

      Nos déceptions

  • L’augmentation fulgurante des prix, qui ne s’accompagne pas d’une augmentation du service.
  • L’accueil des habitants de l’île qui vont avoir tendance à vous regarder de travers, sauf s’ils ont quelque chose à vendre.
  • l’impression de n’être qu’un porte monnaie

Informations utiles et conseils

Comment aller à Mucura depuis Carthagene ? 

Bus Carthagene a Tolu : normalement, 30 000 pesos / personne, négocié 25 000 pesos. La companie que nous avons prise est très bien : Brasilia espresso. 3h de route

Bateau pour Mucura : après avoir arpenté et tenté de négocier avec chaque marchand, nous avons finit par en trouver un à 50 000 aller retour, ( au lieu des 90 000 annoncé initialement). Cela coûte plus cher de rester sur l’île que de faire un aller-retour à la journée avec déjeuner inclus.

Ou loger à Mucura et Tolu

Logement à Tolu : 40 000 la chambre double chez otramar. Pas top mais une cuisine à disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *