Aux portes de l’Isan, visite de Korat et Phimai

Moine à Phimai

Après 3 jours à Bangkok et un passage à Ayutthaya, nous avons décidé de partir pour l’Isan (ou Isaan). Cette région du nord-est de la Thaïlande, bien que la plus pauvre du pays au niveau économique, est la plus riche culturellement.

Nous nous sommes donc rendus à Nakhon Ratchasima (Korat pour faire plus simple), première grande ville à la porte de la région de l’Isan.

Que faire à Korat ?

Korat est l’une des 4 villes majeures de l’Isan et elle a eu une histoire mouvementée entre les khmers, les laos et les thaï. Cependant une après-midi suffit à visiter l’essentiel.

La zone intéressante se concentre dans le carré de la vieille ville. Là, vous pourrez voir une statue de Thao Suranari, une femme qui organisa la résistance contre l’armée laotienne en 1827. Les légendes diffèrent quand à sa manière de libérer la ville de l’occupation mais aujourd’hui encore elle est très respectée. Nous avons vu de très nombreux Thaï déposer à ses pieds bougies, fleurs et encens. Juste derrière se trouve la dernière porte originelle de la ville qui date de la même époque.

Si vous continuez la balade vous croiserez un mini musée expliquant la révolte de Thao Suranari, une immense statue la représentant à la tête de la révolte et au bout de l’allée un petit pavillon au bord de l’eau (nous n’en savons pas plus à son sujet, tout était écrit en thaï).

De là, vous ne serez plus très loin du Wat Payap (ou temple caverne). Ce dernier est intéressant car il était auparavant dans une vraie caverne. Lorsque des travaux à proximité ont menacé de tout faire disparaître les thaïlandais ont ramené le temple ainsi que des pierres de la caverne pour recréer l’environnement dans une cave. C’est assez insolite mais cela ne prend que 2 minutes à faire le tour. Par contre l’autre temple qui est juste en face est vraiment très beau et il est possible de le visiter même si personne n’est à l’intérieur..

Cela pourrait paraître très peu mais même à l’office du tourisme, l’agent n’a pas su quoi nous conseiller d’autre. Pour tout dire il avait l’air assez surpris de nous voir là (quoi des touristes dans un office du toursime ?! On est fou)

Malgré le peu à visiter, nous avons bien aimé  l’ambiance de la ville, même sous la pluie. Au marché local les commerçants sont très souriants et une fois qu’ils nous avaient repérés (pas difficile, nous étions les seuls non-thaï), ils voulaient tout nous faire goûter. Les jus de fruits et desserts étaient délicieux mais nous n’avons pas eu de chance avec nos premiers pad Thaï, infestés de fourmis… Nous avons aussi été impressionnés par la taille des 3 varans (pas loin de 2 mètre de long) qui essayaient de sécher sur les rives du canal. Les enfants avaient l’air bien moins affecté que nous, ils s’amusaient à leurs jeter des pierres ou à leurs nager après.

Phimai, des ruines Khmers qui valent le détour

Le Prasat Hin Phima

Située à 60 km de Khorat, Phimai est une petite ville qui abrite un des plus importants vestiges de temple Khmer de la Thaïlande, le Prasat Hin Phima. Construit au XI ème siècle, il a paraît-il servi de modèle pour le temple d’ Angkor. Nous ne sommes pas encore passés par le Cambodge donc nous n’avons pas pu comparer mais le temple de Phimai vaut largement le coup d’œil. Les ruines ont été très bien restaurées et en y allant à l’ouverture nous avons pu avoir le site pour nous seuls.

Informations pour visiter le Prasat Hin Phima

  • Entrée : 100 Baths
  • Ouverts de 7h à 18h
  • Avoir les épaules et les genoux couverts

Sai Ngam

Une autre « attraction » qui nous a surpris à 2km de la ville a été le plus vieux et le plus grand Banyan de Thailande. Âgé d’environ 350 ans, ses racines et ses branches couvrent une surface de 1350 m2 et donnent l’impression de se balader dans une petite forêt. L’ambiance est très spéciale, ce serait le lieu parfait pour le tournage d’un film d’horreur.  

Pour y aller, rendez-vous aux coordonnées GPS suivantes : 15.2247416,102.5045741

Le marché de nuit

Enfin le marché de nuit situé près de la tour de l’horloge est particulièrement apprécié des locaux. Entre les stands de nourriture, d’offrandes, de loterie ou de vêtements, vous n’aurez que l’embarras du choix.  Si vous êtes courageux vous aurez même l’occasion d’y goûter des insectes grillés. Nous n’y avons curieusement pas croisé de touristes mais le marché était particulièrement animé de 19h à 20h.

Tous les jours de 16h à 21h

Pour y aller, rendez-vous aux coordonnées GPS suivantes : 15.21948130,102.49652982


LMSCOUP Nos coups de cœur

  • Le massage Thaï, une belle découverte
  • Le Prasat Muang Tam, plus tranquille et avec plus de charme que le Prasat Phanom Rung.

LMSDEC  Nos déceptions

  • Le Pad Thai du marché de Khorat avec des insectes (non prévus) dedans. Pas très appétissant.

 


 

Informations utiles et conseils

Arriver / partir

La ville de Khorat est accessible en train ou en bus depuis Bangkok et Ayutthaya.

Nous avons opté pour le train : 39 Baht par personne depuis Ayutthaya.

Notre prochaine étape à été Khon Kaen, aussi accessible en train et bus depuis Khorat. Les bus étant plus fréquents, nous l’avons préféré aux trains (seulement 2 par jour)  : 100 Baht par personne.

Transports

Les bus sont très fréquent entre Khorat et Phimai.  50 Baht par personne.

Bus entre Khorat et Nang Rong, environ toutes les deux heures. 60 Baht par personne.

Pour Phimai, plutôt que d’aller jusqu’au terminus, descendez à l’arrêt de la tour de l’horloge. Vous serez ainsi en plein centre ville et n’aurez pas besoin des services d’un tuk tuk.

Logements

Khorat : 450 Baht la nuit. Nous ne nous souvenons pas du nom de l’hôtel, nous sommes tombé dessus par hasard désolé.

Phimai : 450 Bath la nuit au Phimai Paradise hotel mais on ne vous le conseille pas. Chambre ok mais beaucoup de bruits et tous les services soit disant inclus n’existent pas (restaurant : fermé en ce moment, piscine : en rénovation, drop off gratuit à la gare : le chauffeur est malade). Bref beaucoup de mauvaise foi. Mais il est bien situé.